Pourquoi l’oxygénothérapie hyperbare favorise-t-elle la rééducation?

L’oxygénothérapie hyperbare est largement utilisée pour traiter les traumatismes qui affectent les différents organes et tissus. Les traumatismes qui ont besoin de chirurgies et peuvent être traités avec OHB sont : les ischémies aiguës, le syndrome de loge et les  lésions qui ont un compromis sur le tissu nerveux, musculaire et osseux.

En rééducation, l’OHB favorise la récupération de séquelles neurologiques et physiques provoquées par les chirurgies, les lésions traumatiques et les accidents vasculaires cérébraux (AVC). Cette thérapie est utile aussi à améliorer la qualité de vie de patients qui souffrent de pathologies neurologiques chroniques telles que les troubles neurologique métaboliques associés à l’âge, la maladie de Parkinson et la paralysie cérébrale.

Les traumatismes mettent en risque la santé du patient car ils déclenchent un état d’hypoxie locale ou générale qui compromettent la perfusion de certains tissus, et alors leur viabilité. Dans des conditions d’hypoxie, l’angiogenèse est encore plus lente ou même nulle, la fonction des fibroblastes diminue et la formation du collagène est compromise. Au niveau cellulaire, l’hyperoxie résout toutes ces fonctions puisqu’elles dépendantes d’O2. Dans les situations de lésions ou ischémie cérébrale, l’état d’hypoxie est le responsable du dégât neuronal, des synapses inefficaces et de l’altération de l’irrigation et la perfusion. Ces phénomènes sont la cause de l’altération du métabolisme et l’activité neuronale dans un état d’hypoxie.

L’objectif des thérapies en ischémie cérébral est de sauver le tissu normal qui est en péril de souffrir de dégâts irréversibles dû à la privation d’O2 et ayant pour conséquent l’altération énergétique et métabolique. Alors, les mesures thérapeutiques se focalisent sur l’amélioration du flux sanguin et la préservation de la fonction cellulaire. Dans ce contexte, l’OHB joue un rôle très important dans la protection neuronale lors de situations d’ischémie. Grace à l’action de l’hyperoxie, elle réduit la lipoperoxydation dans les situations d’ischémies et les processus d’ischémie –reperfusion.

L’OHB permet de réduire l’état inflammatoire et l’œdème cérébral, favoriser la réparation axonale et stimuler sa croissance, diminuer la gravité de l’AVC et conserver l’intégrité de la barrière hématoencéphalique.  Elle favorise aussi la redistribution du flux sanguin cérébral en soulageant la pression intracrânienne et ses symptômes. Elle attenue le déficit moteur, diminue le risques de séquelles et prévient les troubles circulatoires cérébraux récurrents améliorant la survivance après un trauma neurologique.

Dans les cas de blessure et lésion traumatiques qui attaquent le Système Nerveux Central, l’OHB promeut la neuroprotection et la neurogenèse de manière concomitante à l’angiogenèse et l’amélioration du flux cérébral et favorise la neuroplasticité. Chez les patients atteints de lésions chroniques par écrasement, l’OHB favorise les résultats des tests cognitifs, des examens physiques et en images (SPECT), améliore la qualité de vie et soulage de la douleur. On a aussi observé que l’OHB accélère la récupération neurologique après une lésion médullaire, améliorant la fonction mitochondriale dans le cortex moteur et la moelle épinière, renversant l’hypoxie et réduisant l’œdème.

Sur plusieurs travaux, on a étudié l’effet de l’oxygénothérapie hyperbare sur le cerveau endommagé et on a trouvé qu’elle inhibe la morte neuronale et arrête la progression de la nécrose neurologique. Elle améliore aussi le flux sanguin de régions affectées de maladies neurologiques chroniques ainsi que le métabolisme aérobie dans les lésions cérébrales accélérant la résolution des symptômes cliniques.

Pour sa part, la paralysie cérébrale (PC) est un trouble du cerveau en étape de croissance qui affecte le système moteur se manifestant par des convulsions et des anomalies intellectuelles sur la vision et la parole. Même si la PC est une pathologie qui n’a aucun traitement médicale spécifique, au-delà des thérapies de soutien, on a observé que l’OHB peut améliorer la fonction des cellules endommagées et atténuer les effets de l’hypoxie cérébrale.

On a remarqué aussi que l’OHB est capable de stimuler les défenses anti -oxydantes, améliorer la fonction neurologique, atténuer les déficits moteurs à travers la stimulation du contrôle de la motricité fine et globale pour soulager la spasticité. L’OHB est indiquée aux patients ayant souffert de traumatismes pour maintenir la viabilité des tissus et le métabolisme aérobie musculaire, réduire l’œdème post-traumatique et améliorer la perfusion capillaire du muscle, éviter la lésion d’ischémie/reperfusion, favoriser la réponse de l’hôte contre les infections, améliorer la cicatrisation, réduire les amputations, complications et lésions du nerf périphérique qui accompagne ces lésions.

En résumé, l’OHB est utilisée comme traitement adjuvant en rééducation pour accélérer la récupération, soulager la douleur, réduire l’inflammation et l’œdème, le risque de complications, reconstituer la perfusion, diminuer les tremblements et la raideur, améliorer la récupération neuronale et la qualité de vie. Les résultats de l’oxygénothérapie hyperbare chez les patients  avec traumatismes, lésion cérébrale, médullaire et séquelles de différents processus sont très prometteurs.

Propriété intellectuelle de BioBarica.

 

Comments are closed.